Retour au blogue

Chère Trois-Rivières - 2e partie

J’ai pas attendu (très) longtemps avant de te ré-écrire. «Attends quand même trois jours pour pas avoir l’air (trop) intense», m’a suggéré Gwen, ma nouvelle “BFF”.  Toi et moi, on a comme pas mal cliqué lors des terrasses du 15 juin. Je suis contente que tu aies coché présente. Ça m’a permis de te connaître encore un peu plus, toi pis tes gens. Y’a du (très) beau monde.


J’étais en plein déménagement dans mon nouvel appartement du centre-ville. Je t’entends rire lorsque j’ouvre mes fenêtres! Toutes mes boîtes sont (enfin) défaites. Cheers! J’avais ben trop de vieilles affaires. J’en ai profité pour faire une vente de garage. J’ai troqué un vieux sombrero contre une table de “pichenottes”. On s’était passé le mot mettons! Je l’ai installée dans la salle de jeu. Elle est identique à celle avec laquelle je jouais jadis avec Méli mon autre BFF. T’as des belles babioles (très) vintage!

J’ai déménagé avec Cécile dans le Centro. L’appartement est grand. Je viens d’accrocher des jardinières sur mon balcon. Avec les voisins, on s’est fait un potager pour cuisiner les à-cotés quand les amis viendront lors des (très) nombreux bbq-apportez-votre-viande-ou-alternatif-vegan. Et tu sais quoi? S’il manque de quoi, il y a l’épicerie de quartier juste à côté. Ils vendent des produits locaux. Ça me rappelle les commerçants du Marché Jean-Talon. Le plus vieux marché nord-américain, qui se trouve à Montréal. Un jour, j’espère que tu ouvriras un marché public pour me faire profiter des grandes victuailles des fermes avoisinantes! Tu goûtes bon! Ça goûte (presque) comme chez nous!


Lors de ma crémaillère, Cécile me racontait qu’elle en avait vu d’autres! Elle est là depuis le tout début. Je l’aime bien Cécile. Elle est belle, généreuse et populaire. C’t’une sainte! Sa grande rue est nommée en l’honneur d’une martyre qui fut décapitée. Cette histoire date de bien avant elle. Je l’ai appris quand je suis allée à la bibliothèque, à trois minutes à pied de chez nous, pis trois marches plus haut que la bibliothèque, il y avait l’exposition gratuite de la Maison de la culture.

J’aime ta vie de quartier. Entre autres parce que les ruelles bougent. Aussi, je t’entends chanter les fenêtres ouvertes! Tes piétons écoutent leurs différentes musiques sans écouteur. Une version 2.0 des “ghetto blaster”. (Ça doit bien se trouver dans une vente de garage?) Pis d’autres fois, certains portent des écouteurs et ils font du karaoké. Y’en a un en particulier pour qui la musique se trompe pas mal souvent pendant qu’il chante. Ça scrape un peu le refrain mettons!

J’ai hâte de chanter avec toi au FestiVoix! Ce sera mon premier! Tu te mets déjà belle pour me faire passer des soirées à me sentir comme une enfant! Tu as déjà ta carte de festivalière autour du cou! Tu te souviens? On a dansé tout le weekend dernier à l’occasion du festival DansEncore. Les tams-tams m’ont fait frissonner comme un énorme coup d’envoi à tout ce qui reste à découvrir de toi! Tu vibrais, Trois-Rivières!

FestiVoix

Tu essaies de me séduire parce que tu veux me donner la grande faveur! L’autre jour, tu m’as parlé de toi. De ton passé qui compose ton présent. Les noms des commerces de la rue des Forges évoquent ton ancien “Red Light”. D’ailleurs, y’a encore un Contrebandier qui tient un bar pas loin de la Maison de débauche. On s’est fait la tournée des bars ensemble! Cheers! (bis) 

Pis tu m’en as fait voir de toutes les couleurs. On ne s’est pas ennuyé mettons! Tu m’as présenté un de tes (pas si vieux) visages dans le coin des Forges. Un quartier de maisons figé dans les années 60. Un genre d’habitat 67 façon Trois-Ri. Toutes ensemble, elles deviennent un monument pis les maisons nous regardent avec leurs oeils-de-boeuf.

Ton centre-ville n’a pas de gratte-ciel. Traverser le pont en provenance du sud ne donne pas l’équivalent du regard que Champlain pose sur Ville-Marie. C’est autre chose! Laviolette aimait se tenir dans des bâtisses du genre pinterest-version-patrimoine-urbain-vintage. D’ailleurs, je t’écris de l’un des nombreux loft-open-space-lumineux du centre-ville. Gwen ma toujours BFF loue un local en espace de co-travail. Ça nous donne un beat de 9 à 5 actuel qui me rappelle le quartier Mile End. Je ne suis pas (trop) dépaysée. Jusqu’ici, tout va (TRès) bien.

Oh! On se parle plus tard!
Je viens de voir une table de babyfoot pour 10 piasses!
Joannie Roy
Joannie Roy

Partagez cet article