Retour au blogue

Imprimer le succès en 3 dimensions

La révolution du 3D n’a pas encore atteint ses limites. Si on est bien au fait des effets spéciaux extraordinaires qui ne cessent d’évoluer et de nous renverser au cinéma avec la technologie en trois dimensions, l’impression en 3D permet quant à elle de reproduire des objets physiques époustouflants à Trois-Rivières. Sous-utilisée par le monde des affaires, cette technologie, au même titre que le commerce électronique, permet de répondre à de nouveaux besoins, dont la création de prototypes ainsi que la reproduction à petite échelle de composantes qui permet de donner une vie ou de redonner une utilité à certains objets.


Une jeune entreprise trifluvienne, Concepts 3DG, dirigée par un couple de jeunes propriétaires dans la vingtaine, Tommy Gélinas et Amélie Singcaster, comprend bien le fait d’avoir un joyau entre les mains, dont les revenus exponentiels n’auront de cesse de suivre leur créativité et celle des projets de leurs clients. Voilà 18 mois, le couple faisait l’acquisition de leur toute première imprimante 3D en provenance de la Chine. Depuis, cinq autres imprimantes se sont ajoutées à leur inventaire mais cette fois selon un modèle particulier : des appareils fabriqués en République tchèque, en Allemagne et en Corée, où les standards d’équipements sont plus sophistiqués. 

Concept 3DG  
Avec leurs quatre logiciels de conception habituels, ils procèdent à la réalisation des projets provenant plus particulièrement du secteur manufacturier, comme des stations de formatage de disques durs, des supports pour contrôleurs de machines numériques (CNC), mais aussi des articles promotionnels et utilitaires comme un porte-cartes professionnelles sur mesure doté de plusieurs compartiments. Les matériaux en plastique utilisés par Concepts 3DG sont flexibles ou rigides. Les propriétaires ont couramment recours à du plastique écologique, comme l’acide polylactique (PLA), un produit biodégradable conçu à base d’amidon de maïs, afin de présenter une empreinte éco-responsable et de réduire les coûts des produits, mais utilise également du PET-G (Poly-Éthylène Téréphtalate) pour des projets plus rigides et durables. 

Tommy et Amélie ont bien hâte de faire de l’impression avec des matériaux spécialisés comportant de la fibre de carbone ou du cuivre, ou même du nylon, pour diversifier la production et répondre davantage aux besoins du marché. Pour le moment, leurs réalisations peuvent atteindre 16 pouces de hauteur sur une surface de 12 pouces par 12 pouces. La qualité des œuvres est en fonction du degré de résolution, qui varie entre 60 et 200 microns. 

L’idée de partir en affaires dans l’impression en 3 dimensions a surgi dans l’esprit de Tommy lorsqu’il travaillait dans une usine métallurgique à Drummondville. D’ailleurs, son esprit vagabonde en ce moment sur la recherche et le développement des revêtements durcissants pour les équipements de fonderie.  Entretemps, sa conjointe Amélie Singcaster l’appuie dans ses efforts et le complète à merveille en maximisant ses énergies sur les finances et le développement marketing de l’entreprise… tout en occupant un emploi ailleurs comme Tommy. 

Le jour n’est pas si loin où leur bébé nécessitera une présence continuelle. Mais pour le moment, ils peuvent compter sur le support incomparable de leurs familles respectives pour les soutenir dans leurs projets. 

Lorsqu’il pense à l’implication exceptionnelle de son entourage dans l’entreprise, Tommy Gélinas est sans équivoque : « C’est sans l’ombre d’un doute l’une des raisons principales de notre succès grandissant » affirme-t-il avec conviction.
Denis Foucault
Denis Foucault Les FOUS de la COM

Partagez cet article